Vous êtes ici : bien-être » liens en temps réel » Medisite ; Santé à la Une


Page précédente | Page suivante 



Medisite - A la une




Alerte à la prolifération excessive de moustiques dans certaines régions de France

A l’approche de l’été, une prolifération inhabituelle de moustiques a déjà été observée dans trois départements français. Et la quasi-totalité du pays présente des conditions favorables à leur multiplication. Décryptage.

L’été s’installe sur la France, et avec lui son lot de désagréments saisonniers. Parmi eux, les inévitables piqûres de moustiques. Et cette année encore, vous ne serez pas épargnés, bien au contraire ! Le site Vigilance Moustiques classe en effet trois départements en "prolifération inhabituelle" : La Loire-Atlantique, la Mayenne mais aussi l’Essonne.

90% de la France présente des conditions favorables aux moustiques

Au-delà de ces zones, le site considère que 90% du territoire français présente actuellement des conditions favorables à la multiplication des moustiques. D’autant que "la chaleur de ces dernières semaines a favorisé l’éclosion des œufs", déplore BFM TV dans un reportage daté du 26 juin 2017. A noter : ces insectes apprécient particulièrement les zones humides pour se dévelloper, tels que les marais, les étangs ou encore les bords de rivières. Mais s'ils ont le don de gâcher nos douces soirées d'été, ils occupent néanmoins une place essentielle dans la chaîne alimentaire : "si on n'avait pas de moustiques, on n'aurait pas d'oiseaux", souligne Isabelle Henault, conseillère municipale chargée de l'environnement interrogée par BFM TV.

Les astuces pour ne pas se faire piquer

Alors comment éviter de se faire piquer ? Le site Vigilance Moustiques rappelle tout d’abord l’importance d’éliminer toute eau stagnante dans laquelle les moustiques pourraient pondre : coupelle sous les pots de fleur, récipients laissés à l’air libre, gouttières bouchées… En somme, "tout objet (même petit) susceptible de retenir de l’eau de pluie", peut-on lire sur le site internet. Pensez aussi à porter des vêtements couvrants et à user de basilic, de citronnelle ou d’huile essentielle de géranium rosat pour repousser ces indésirables insectes.
A lire aussi : 5 astuces naturelles pour éviter les moustiques

 

Vidéo. L'astuce anti piqûre de moustique

Lundi 26 Juin 2017 : 09h59
Lundi 26 Juin 2017 : 09h59

26/06/2017 10:03

Pourquoi faire l’amour après 50 ans rajeunit votre cerveau

Une étude britannique a établi un lien entre les relations sexuelles et les capacités cognitives des personnes âgées de 50 ans ou plus. 

Le Journal of Gerontology a publié le 21 juin les résultats d’une étude sur le lien entre des relations sexuelles fréquentes et de meilleures capacités cognitives.

La dopamine : de meilleures capacités cognitives

En effet, l'augmentation de la fréquence des relations sexuelles conduit à une sécrétion améliorée de la dopamine, qui est liée à l’amélioration de la mémoire de travail et de la fonction exécutive chez les personnes âgées. L’étude démontre que les hommes et les femmes âgés qui ont des relations sexuelles régulières possèdent un meilleur fonctionnement du cerveau.

Les résultats associent également un lien fort entre la fréquence des relations sexuelles et le genre, puisque tous les participants qui ont déclaré avoir peu de relations sexuelles au cours des 12 derniers mois étaient des femmes. Parmi ceux qui signalent des relations sexuelles mensuelles, un peu plus d’un tiers étaient des hommes (34,6%), tandis que dans les rapports hebdomadaires la fréquence était répartie plus uniformément (51,4% d’hommes).

Le déroulement de l’étude

73 participants (28 hommes et 45 femmes) âgés de 50 à 83 ans ont été contactés suite à une publicité diffusée par les réseaux communautaires locaux. L’annonce précisait que les participants devaient être âgés de plus de 50 ans, sans antécédents de démence, de troubles de la mémoire ou de lésions cérébrales. Elle déclarait également que l’étude impliquerait des questions concernant les activités sexuelles, mais que les personnes qui n’étaient pas sexuellement actives pouvaient également participer. Tous les participants ont lu une fiche d’information et ont signé un formulaire de consentement avant le test. Les séances de test comprenaient un test d'évaluation des capactiés cérébrales ainsi qu’un questionnaire sur la santé et le mode de vie. Les participants ont été interrogés après les tests. Certains critères ont été mis en évidence selon les personnes : l’âge, les années d’étude, le genre, la santé cardiovasculaire… Les participants ont dû indiquer s’ils avaient ou avaient eu des problèmes cardiaques (infarctus du myocarde, arythmie….). La dépression, la solitude et la qualité de vie ont également été mesurées pour évaluer le bien-être social de la personne. Il n’y avait pas de différence significative dans les critères énoncés. 

Cette étude poursuit celle déjà menée en 2016 par Wright & Jenks, montrant que les scores cognitifs globaux étaient constamment plus élevés chez ceux qui sont sexuellement actifs par rapport à ceux qui ne le sont pas. Les résultats ont été étendus en montrant des scores croissants sur deux domaines cognitifs spécifiques, maîtrise et capacité visuo-spatiale, avec une fréquence croissante de relations sexuelles (de jamais à mensuelle ou hebdomadaire).

Le cerveau serait 10 fois plus actif qu’on ne le pense !

Des chercheurs américains de l’Université UCLA à Los Angeles (États-Unis) ont découvert récemment que notre cerveau est 10 fois plus actif que nous le pensions. Les résultats de l'expérience ont démontré que les dendrites (prolongements du corps cellulaires des neurones) génèrent en réalité leurs propres pulsations électriques et même 10 fois plus que le soma. "Les dendrites constituent plus de 90% du tissus cérébral. Apprendre qu'elles sont plus actives que le soma change complètement la façon dont fonctionne du cerveau et pourrait aider à traiter des troubles neurologiques qui jusqu'ici ne peuvent être soignés", expliquent les chercheurs dans l'étude.

Vidéo. Mode d'emploi : les préliminaires qu'elles préfèrent

Vendredi 23 Juin 2017 : 12h29
Vendredi 23 Juin 2017 : 12h29

23/06/2017 12:52

Quel âge à Eddy Mitchell ?

Samedi 24 juin , Eddy Mitchell qui s'était fait rare dans la chanson sera de retour sur scène pour la tournée des "Vieilles canailles" aux côtés de Johnny Hallyday et Jacques Dutronc. Si le temps ne semble pas affecter le crooner savez-vous quel âge il a ?

Samedi 24 juin prochain, trois ténors de la chanson française seront sur scène, marquant le lancement de la tournée des "Vieilles canailles". Parmi eux,  il s'était fait rare dans les médias , mais, aujourd'hui entouré de ses deux compères Johnny Hallyday et Jacques Dutronc, Eddy Mitchell semble ne pas avoir changé. Mais au fait savez-vous quel âge il a ? C'est le 3 juillet 1942 que l'intéprète des "couleur menthe à l'eau" est né, il a donc 74 ans.

"Je ne veux plus faire des tournées de 90 dates"

Télévision, cinéma, chanson, théâtre, cet artiste au succès polyvalent n'a jamais cessé de monter sur les planches. Le temps ne semble pas affecter le crooner, si on le croyait fatigué après l'annonce de sa dernière tournée en solo "Ma dernière séance" en 2011, pas du tout !  En promotion pour les "Vieilles canailles" tournée de 14 dates, il avait simplement déclaré "je ne veux plus faire des tournées de 90 dates. J'en ai marre de la salade gourmande à 1 heure dans le hall de l'hôtel.", dans une interview pour Europe 1.

Vendredi 23 Juin 2017 : 12h07
Vendredi 23 Juin 2017 : 12h07

23/06/2017 12:24

200 scientifiques dénoncent les risques toxiques de ces dentifrices

Deux substances que l'on retrouve dans plus de 200 produits font l'objet d'une grande surveillance. Des scientifiques ont établi des recherches sur le triclosan et le tricocorban comme menaces à la fois pour la santé mais aussi pour l'environnement. 

Le triclosan et le triclocarban pourraient représenter une menace pour la santé mais aussi pour l’environnement. Des scientifiques veulent en effet réduire au maximum la production de ces deux substances utilisés dans les produits de consommation.

Des perturbateurs toxiques pour l’organisme

Plus de 200 scientifiques et professionnels médicaux ont établi un consensus sur les dangers et les avantages des usages communs du triclosan et du triclocarban. Environmental Health Perspectives (EHP) affirme que, sur la base de recherches approfondies, le triclosan et le triclocarban sont des perturbateurs endocriniens persistants dans l’environnement et sont toxiques pour tous les organismes, y compris aquatiques.
Le triclosan et le triclocarban sont utilisés comme antimicrobiens dans plus de 2000 produits : savons, dentifrices, détergents, vêtements, jouets, tapis… Selon les scientifiques, il n’y a aucune preuve que leur utilisation améliore la santé des consommateurs et des patients ou empêche les maladies.

Ces produits constituent une source de composés toxiques et cancérigènes, y compris les dioxines ou le chloroforme. Ils se "bioaccumulent" dans les plantes et les animaux aquatiques, et le triclosan dans le sang humain et le lait maternel.

Le National Center for Biotechnology Information (NCBI) avait déjà publié une étude en 2008 pour évaluer l’exposition au triclosan dans un échantillon de la population des États-Unis durant l’année 2003-2004 selon le National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) et avait trouvé une dose importante de ce produit dans certaines urines. 

Des mesures précises pour prévenir de possibles risques

L’EHP a établi des recommandations destinées à prévenir les futurs dommages causés par le triclosan, le triclocarban et les substances antimicrobiennes qui ont des propriétés et des effets similaires. Étant donné que les antimicrobiens peuvent avoir des répercussions défavorables sur la santé et l’environnement, ils ne devraient être utilisés que lorsqu’ils sont bénéfiques pour la santé de manière évidente et sûre. Une plus grande transparence est nécessaire dans les formulations de produits, et avant qu'un antimicrobien soit incorporé dans un produit, les impacts à long terme sur la santé et l'environnement devraient être évalués.

Elle recommande également d’utiliser des alternatives plus sûres (non persistantes et qui ne présentent aucun risque pour l’Homme et l’écosystème) lorsque des antimicrobiens sont nécessaires, d’étiqueter tous les produits contenant du triclosan, du triclocarban ou autre antimicrobien, même dans les cas où aucune réclamation n’ait été faite. Il faut aussi évaluer la sécurité des antimicrobiens et de leurs produits tout au long du cycle de vie du produit (fabrication, utilisation à long terme, leur déploiement et leur libération environnementale).

Des dénonciations contre les composants chimiques de certains dentifrices

En 2015 déjà, le Dr Toby Talbot, membre de l’Ordre des chirurgiens en Grande-Bretagne avaient dénoncé dans le Dailymail le fait que plusieurs ingrédients pourraient faire plus de mal que de bien aux dents.

Il cite notamment le Sodium Lauryl Sulfate (SLS), un liant qui est corrosif et peut être responsable "d’irritations et d’aphtes récurrents" dans la bouche, les peroxydes et peroxydes d’hydrogènes utilisés comme agents blanchissants mais qui sont «toxiques et irritants pour les tissus mous" sans "blanchir efficacement les dents", et les microbilles permettant d’enlever les taches sur les dents qui se retrouvent ensuite dans les eaux et sont néfastes pour l’écosystème.

Il ne préconise cependant pas de les bannir : "L’addition de fluor a fait des percées importantes dans l’amélioration de la santé dentaire et dans la réduction des caries". La British Dental Association (BDA) conseille d’utiliser un dentifrice contenant du fluor. Le reste représentant, selon elle, "des subtilités scientifiques".

Vidéo. 8 trucs anti tarte ultra efficaces !

Vendredi 23 Juin 2017 : 11h17
Vendredi 23 Juin 2017 : 11h17

23/06/2017 11:38

Un nouveau traitement qui permet d'éviter la crise cardiaque

Un chercheur américain explique avoir découvert un moyen de prévenir les crises cardiaques sans effets secondaires sévères.

Aujourd'hui les médicaments qui préviennent la formation de caillots sanguins responsables de crise cardiaque provoquent des effets secondaires sérieux. C'est pourquoi Daniel Simon de la Western Reserve School of Medicine à Cleveland (Etats-Unis) annonce avoir trouvé une technique permettant d'y remédier.

Détruire les caillots sans risque d'hémorragie

Certains caillots se forment afin d'éviter les risques de saignements ou d'hémorragie interne, or les traitements actuels ne font pas la différence entre un caillot "utiles" et un dangereux, ils détruisent tout, majorant le risque d'hémorragie. Après avoir testé sa découverte sur des souris de laboratoires, le scientifiques explique avoir réussi à trouver un procédé sous forme de mini molécule qui empêche la communication des cellules qui forment des caillots de sang mais sans interrompre l'hémostase.Ce phénomène assure la bonne circulation du sang à l'intérieur des vaisseaux et l'arrêt d'un saignement irréguliers.

Selon le chercheur,  cette piste pourrait menée à de nouveaux traitements tout aussi efficaces mais moins dangereux.

Vidéo. Reconnaître les signes de la crise cardiaque

Vendredi 23 Juin 2017 : 11h18
Vendredi 23 Juin 2017 : 11h18

Leukocyte integrin Mac-1 regulates thrombosis via interaction with platelet GPIbαNature Communications, 2017; 8: 15559 DOI: 

23/06/2017 11:36

Cancer du poumon : le cancer le plus meurtrier chez l’homme

Le cancer du poumon serait, selon l'Institut National du Cancer, le cancer le plus meurtrier en France, devant le cancer colorectal et le cancer de la prostate. S'il est le cancer le plus mortel chez l'homme, on peut aussi constater qu'il est en forte progression chez la femme.  

Selon l’Institut National du Cancer, avec 20 990 décès estimés en 2015, le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier chez l’homme devant le cancer colorectal (9 337 décès) et le cancer de la prostate (8 713 décès)

30 401 hommes atteints en 2015

L’Institut National du Cancer rapporte environ 45 222 cas en 2015, dont 30 401 hommes et 14 821 femmes. L’âge moyen de son développement est de 66 ans chez l’homme et de 65 ans chez la femme. Il se développe le plus souvent à partir des cellules des bronches et le tabagisme en est la principale cause.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en 2016 un rapport sur l’évaluation de la pertinence du dépistage du cancer du poumon en France. Ainsi, le troisième Plan cancer 2014-2019 de la HAS mentionne "la nécessité de développer et accompagner des innovations technologiques et organisationnelles en matière de dépistage des cancers : valider une modalité de dépistage sensible et spécifique du cancer du poumon à l’horizon du Plan et soutenir des expérimentations en population ciblée ; promouvoir la recherche pour aller vers de nouvelles modalités de dépistage pour les cancers fréquents et/ou graves (cancer de la prostate, cancer du pancréas, cancer du poumon)". Elle rappelle également les difficultés à identifier précisément la population la plus à risque de cancer du poumon, et souligne donc l’intérêt d’orienter les recherches autour de cette question

Une forte augmentation chez les femmes

Cependant, le nombre de décès par cancer du poumon chez les hommes commence à diminuer, tandis qu’il est en constante augmentation chez les femmes car elles fument de plus en plus.
L’Institut National du Cancer souligne que les taux d’incidence comme de mortalités féminines sont en forte progression depuis 1980Il révèle également que le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année a été multiplié par 7 en 30 ans

Le tabac : principal responsable du cancer du poumon 

Selon l’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer, il faut avant tout "éviter les conduites à risque et donc le tabagisme. Ce qui est intolérable c’est qu’on laisse encore faire le lobby du tabac. Pour garder leur part de marché en France les industriels du tabac ont besoin d'avoir 250 000 nouveaux fumeurs chaque année, et ils ciblent principalement les jeunes de 12 à 25 ans. Notre pays a de bonnes mesures, comme la loi Evin ou les décrets Bertrand mais malgré cette loi, malgré le Plan cancer, le prix du tabac n’a pas été autant augmenté que prévu. Par des tactiques extrêmement complexes et sophistiquées, ces industriels font tout pour passer à travers la loi Evin. C’est un lobby très puissant, très présent dans les grandes instances et même au gouvernement".

Le tabac a des effets néfastes sur la respiration. Lorsqu'une personne fume, l'air inspiré est chargé de produits toxiques, comme du monoxyde de carbone et des goudrons. Cela agresse l'appareil respiratoire et l'empêche de bien fonctionner. Dès lors, les substances toxiques contenues dans le tabac restent coincées au niveau des poumons. Les capacités respiratoires diminuent et cela entraîne une baisse de résistance à l'effort physique. Fumer du tabac augmente aussi fortement les risques de développer des maladies infectieuses (sinusites, angines, bronchites, pneumonies) ainsi que des maladies cancérigènes au niveau de la bouche, de la gorge, des bronches et des poumons. Certaines maladies inflammatoires comme la bronchite chronique peuvent aussi se développer.  

Vidéo. Le top des choses cancérigènes

Jeudi 22 Juin 2017 : 12h10
Jeudi 22 Juin 2017 : 12h10

22/06/2017 12:41

Elle décède d'un arrêt cardiaque à cause d'un siphon à chantilly

Une jeune athlète et blogueuse fitness est décédée brutalement à cause de l'explosion de son siphon à chantilly. Un danger contre lequel le magazine 60 millions de consommateurs avait déjà averti.

Elle était admirée par des centaines de fans qui ont appris par le biais de son compte instagram une bien triste nouvelle. Rebbecca Burger athlète et blogueuse fitness réputée pour sa plastique musclée de rêve et ses exploits sportifs est décédée brutalement le 18 juin 2017. Le magazine 60 millions de consommateurs révèle que la cause du décès serait l'explosion d'un siphon à chantilly, ce que confirme un post de son compagnon sur le compte instagram de la bloggeuse affichant une photo de l'appareil en question avec pour commentaire "voici un exemple de siphon à chantilly qui a explosé et percuté le thorax de Rebbecca".

Le post instagram dénonçant l'appareil fautif :

"L'appareil de marque Ard'Time l'a violemment percutée à la poitrine, provoquant un arrêt cardiaque", explique le magazine qui avait déjà mis en garde contre les dangers des siphons à chantilly. Un accident jugé inacceptable par la revue car "la dangerosité de ces siphons -des ustensiles très utilisés, popularisés notamment par les émissions de télé-réalité culinaire est connue depuis des années", ajoutent les auteurs de l'article.

En effet en 2014, deux accidents avait déjà eu lieu dans les Hauts-de-France avec des siphons de la même marque. La Direction générale de la consommation et de la répression des fraudes avait publié un communiqué afin de mettre en garde les consommateurs, mais les efforts n'ont pas été nécessaires pour empêcher une commercialisation.

Jeudi 22 Juin 2017 : 12h16
Jeudi 22 Juin 2017 : 12h16

22/06/2017 12:31

Maux d'estomac : comment savoir si vous êtes porteurs de la bactérie ?

La bactérie Helicobacter Pylori touche 15 à 30% de la population française et peut être responsable d'ulcère voire de cancers gastriques. Dans un communiqué la HAS explique comment savoir si vous êtes touchés.

15 à 30% de la population française serait porteuse d'Helicobacter Pylori, révèle la Haute Autorité de Santé dans un communiqué. Cette bactérie qui se développe dans le système digestif entraîne des maux de ventre, problèmes de digestion voire même des ulcères gastroduodénaux et des cancers gastriques pour les cas les plus graves. Selon la HAS, la communication autour de ce fléau n'est pas assez répandue.

Les auteurs du communiqué expliquent que c'est prinicipalement au cours des cinq premières années de notre vie qu'on risque le plus d'être contaminé (15 à 30%), passé 30 ans une personne sur cinq seulement est touchée. 

Dans quel cas se faire dépister ?

Face à la résistance de plus en plus fréquente des bactéries contre les traitements, la HAS insiste sur l'importance du dépistage le plus tôt possible pour être pris en charge de la meilleure façon. "La recherche d'une infection par H. Pylori est préconisée face à un ulcère gastrique duodénal, en cas de dypepsie chronique, d'anémie par carence en fer, un purpura thrombopénique ou une forme de lymphome gastrique.

Comment se passe le dépistage ?

Afin de savoir si une personne est touchée par la H. Pylori les médecins effectuent une sérologie suivie d'une gastroscopie avec biopsies, si le patient n'a pas de symptômes gastrique. Dans le cas inverse ils auront recourt à une gastroscopie avec biopsies afin de détecter des t"races d'infections mais aussi de lésions pré-cancéreuses" expliquent les experts. 

Vidéo. L'ulcère en image

 

Jeudi 22 Juin 2017 : 11h48
Jeudi 22 Juin 2017 : 11h48

22/06/2017 12:02

Kétamine : le traitement qui peut être dangereux pour votre foie

Début 2017, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait publié un point d'information inscrivant la kétamine sur la liste des stupéfiants à compter du 24 avril. De nombreuses précautions sont encore prises afin de limiter l'abus de ce traitement, qui peut devenir dangereux à fortes doses. 

L’Agence nationale de sécurité du médicament a publié ce 20 juin un point sur les risques d’atteintes hépatiques graves lors d’utilisations prolongées et/ou à doses élevées de kétamine.

Que provoque la kétamine à fortes doses ?

Selon l’ANSM, l’abus de kétamine est responsable "de signes cliniques parfois graves : (convulsions, hypertension artérielle sévère, troubles du rythme cardiaque, dépression respiratoire, arrêt respiratoire, perte de connaissance, akinésie transitoire, hallucinations, agitation, désorientation, confusion mentale, distorsion sensorielle, attaques de panique,) pouvant conduire à une hospitalisation et au décès. Chez des consommateurs chroniques, des complications urologiques sont d’autre part décrites dans la littérature."

La kétamine sur la liste des stupéfiants

L'ANSM rappelle qu'une augmentation du nombre d’abus a été recueillie par le réseau des Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance (CEIP) depuis 2002. Le Centre Régional de Pharmacovigilance rappelle qu’un "trafic international a été mis en évidence".
Depuis 2014, dix cas d’atteintes hépatiques graves ont été déclarées, dont quatre qui ont conduit à une transplantation hépatique. Selon l’ANSM, il s’agit d’atteintes cholestatiques de type cholangite qui peuvent être liées à l’administration de kétamine de façon prolongée et répétée (entre 1 et 5 mois de traitement continu) ainsi qu’à des posologies élevées, "dans la prise en charge de douleurs rebelles (dépassant 100 mg/j en continu sur plusieurs jours) et lors de la réalisation de soins douloureux (200 à 400 mg/h en 3 à 6 heures) chez des grands brûlés".
L’ANSM rappelle que son usage dans la prise en charge des douleurs rebelles et de certains soins douloureux a fait l’objet de recommandations de bonnes pratiques en 2010 par l’Afssaps 

Elle avait également publié un point d’information en janvier à propos de la kétamine : "L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite informer les professionnels de santé de l’inscription des préparations injectables de kétamine sur la liste des stupéfiants. Ceci fait suite à une augmentation de son usage à des fins récréatives et du nombre de cas d’abus. Les signalements de trafic de kétamine sont également en hausse. Par conséquent, ces médicaments suivront la réglementation applicable aux stupéfiants à compter du 24 avril 2017" 
"Il est indispensable de respecter les posologies préconisées et de surveiller le bilan hépatique de façon rapprochée lors de telles utilisations" rappelle l’ANSM.

La kétamine : à quoi ça sert ?

Elle est indiquée comme agent anesthésique, seule ou avec d’autres anesthésiques. On l’utilise comme anesthésique général en médecine humaine et vétérinaire, ou comme analgésique et sédatif. Elle est également utilisée pour traiter les douleurs chroniques.

Vidéo. Top 3 des médicaments dangereux pour la thyroïde

Jeudi 22 Juin 2017 : 10h48
Jeudi 22 Juin 2017 : 10h48

22/06/2017 11:12

Les maladies que vous risquez en fonction de votre mois de naissance

Des chercheurs espagnols révèlent qu'elles sont les maladies qui reviennent le plus en fonction du mois de naissance des patients. Vérifiez ce que dit le votre.

C'est un peu l'horoscope des maladies. Après avoir réparties plusieurs volontaires enfonction de leur mois de naissance et étudié leurs bilan de santé étudié des chercheurs espagnols  de l'université d'Alicante publient une infographie révélant les maladies qui sont le plus revenues en fonction des groupes étudiés. En tout 27 maladies chroniques ont été listées :

- Janvier : les hommes sont plus souvent sujets à la constipation, à l'ulcère de l'estomac et douleurs dans le bas du dos. Les femmes sont plus souvent sujettes aux migraines et crise cardiaques.

- Février : les hommes souffrent le de plus problèmes de thyroïde, de coeur et d'arthrose. Pareil pour les femmes.

- Mars : les hommes sont plus souvent victimes de cataracte, problèmes de coeur et d'asthme. Pour les femmes c'est l'arthrite, les rhumatismes et la constipation.

- Avril : pour les hommes : l'asthme, l’ostéoporose, la thyroïde. Pour les femmes : l'ostéoporose et les bronchites.

- Mai : pour les hommes : la dépression, l'asthme , le diabète. Pour les femmes : allergies chroniques, l'ostéoprose, la constipation.

- Juin : pour les hommes : les problèmes cardiaques, la cataracte, les bronchites chroniques. Pour les femmes : l'incontinence, l'arthrite, les rhumatismes.

- Juillet : l'arthrite, l'asthme pour les hommes et les douleurs dans le cou et l'asthme pour les femmes.

- Août : pour les hommes l'asthme, l’ostéoporose et les problème de thyroïde et pour les femmes : les caillots sanguins, l'arthrite et les rhumatismes.

- Septembre : pour les hommes : l'asthme, l'ostéoporose, les problèmes de thyroïde, pareil pour les femmes.

- Octobre : pour les hommes : la migraine, l'ostéoporose, les problèmes de thyroïde, pour les femmes : le cholestérol élevé, l'anémie et l'ostéoporose.

- Novembre : pour les hommes : les problèmes de peau, de cœur et de thyroïde. Pour les femmes : constipation, problème de coeur, insuffisance veineuse.

- Décembre : pour les hommes : la cataracte, la dépression et les problèmes de coeur. Pour les femmes : les bronchites chroniques, l'asthme et les caillots sanguins.

Vidéo. La cataracte en images

 

Mercredi 21 Juin 2017 : 12h21
Mercredi 21 Juin 2017 : 12h21

21/06/2017 12:33




Retourner en haut de la page





Vous êtes ici : bien-être » liens en temps réel » Medisite ; Santé à la Une


Page précédente | Page suivante