Vous êtes ici : bien-être » articles santé et bien-être » Ton corps et Toi


Page précédente | Page suivante 
version imprimable de cette page 

ton corps et toi

Article de Christian Pagès, paru dans le journal Métaphore en 2014,
remerciements à Christian de m'avoir autorisé à vous offrir cette page.

La lecture du corps dans l’acte thérapeutique

Ton corps n’est pas toi.
Dans mon livre «  la parole énergie ou le pouvoir de la vibration juste » j’insiste sur le fait que ta pensée n’est pas toi.
Dans mon CD «  Sois Toi » je te propose d’aller à ta rencontre. Et le long de mon parcours de vie j’ai guidé des artistes à rendre le corps intelligent.
Pourquoi cela ?
Pourquoi suis-je si convaincu que nous sommes ailleurs, que nous sommes dans un monde différent de celui de notre conscience ou de notre matière ?
La sensation que je ne suis pas vraiment là, pas vraiment sur terre peut-être. Que je m’observe et me guide moi-même en utilisant des outils qui me sont confiés, dont j’ai la responsabilité et qui vont me mener sur le chemin de l’histoire et de la réalisation de moi-même.
Lorsque je donne à mon corps la possibilité d’exulter, je décolle, je suis ailleurs et seul lui, mon propre corps, est vraiment présent et me ramène sur terre.
De quoi s’agit-il en fait ? De quoi me parle mon corps lorsqu’il se détache de mon esprit et vit une aventure forte qui m’interpelle ? Et de quoi parle t il à ceux qui me voient, qui ressentent par ma présence l’être que je suis au-delà de mon esprit et de mon action dans la relation ?
Peut-être est-ce simplement que mon corps et mon subconscient ne font qu’un.
Si j’accepte ce présupposé, mon corps en sait plus que moi. Il a toutes les voies d’issue et connaît les chemins. C’est pourquoi il s’exprime et montre mes sentiments même si je n’en ai pas conscience.


photo ton-corps-et-toi

Le corps dans le mouvement
( ©2015 Christian Pagès )

Lorsque dans une séance de PNL je demande à mon coaché de me dire ce qui est le plus important pour lui et que je le fais monter et « voir » plus loin, plus haut, il décolle par le fait de son ressenti et fait appel à ses sens plus qu’à son mental, s’il est vraiment en état méta. Alors, à son insu, son corps s’exprime. Il me dit ce que le coaché ne me dit pas. Le corps révèle et libère. Et je peux alors affiner ma présence attentive et mon action d’accompagnement.
Par ailleurs, dans une situation de travail corporel, je vois combien la personne qui découvre un exercice, bien souvent s’impose de la souffrance, de la fatigue ou du stress, se blesse ou se mutile parfois. Je lui fais prendre conscience de cet impact qu’elle a sur son corps et qui dépend de sa manière d’être ou de se conduire avec elle-même.

Et c’est alors qu’elle reproche à l’exercice d’être difficile, au professeur d’être trop rapide ou de ne pas lui donner les moyens de « comprendre » comment faire. Je constate que le bourreau est elle-même, qu’elle est trop dure avec son corps alors que l’exercice n’y est pour rien, que le professeur vit sa vie de professeur et que peu importe s’il est bon ou pas.
L’essentiel est ce que l’élève demande à son corps ou ce qu’il lui impose en matière de stress, d’énergie, de rythme intérieur, de type de respiration. Et il faut du temps pour découvrir tout cela. Pas seulement le temps de découvrir l’exercice, mais le temps d’une vie.
Le temps peut-être de réunir corps et esprit ou de relier le subconscient à l’expression profonde de son moi intime. Le temps de s’accorder à son propre corps.
Ton corps n’est pas toi. Laisse-le vivre, respirer, prendre son temps. Ne lui impose pas Ton Stress, Ton esprit, Ton rythme. Si ton corps a besoin de s’éveiller, sache qu’il peut devenir plus intelligent que toi si tu le laisses découvrir puis expérimenter à son propre rythme.
Tu amplifies alors tes VAKOG et particulièrement le kinesthésique. Tes perceptions s’aiguisent et s’affinent. Tu développes un langage intérieur qui te met en relation plus précise avec tes sens.
Apprends à préparer ton corps, à lui donner le temps de s’habituer, à le respecter. Tu lui permets alors de participer activement à ton expérience sensorielle. Il peut lâcher prise et vivre l’aventure que tu lui proposes. Et pour l’exercice de la PNL la connexion entre corps et esprit devient efficace et profitable.
Tu te donnes à toi-même, ou à ta part consciente, des moyens que tu refuses bien souvent à ce corps qui s’endort, devient idiot faute d’être écouté, reconnu et qui te le fait parfois savoir.

photo ton-corps-et-toi-4

Mon corps et Moi
( ©2015 Christian Pagès )

Ce que tu donnes à ton corps, il te le rend. Laisse le vieillir, il te fera vieillir, laisse le mollir, il te fera mollir.
Ton corps est un instrument multiple qui communique avec toi par des sensations, des retours de bâton et des plaisirs parfois. Apprends à communiquer avec lui, découvre le langage du corps.
Nous touchons là un élément essentiel de la PNL. Mais oui, bien sûr. Le ressenti. Crois tu qu’il s’agit de ton simple cerveau, de ton esprit, de ton intelligence ? Il s’agit bien de ton corps. C’est lui qui détient la mémoire sensorielle. Parle-moi de ton subconscient. Je te renvoie à l’histoire de ton corps, de tes sens, des sensations qui on marqué ton chemin, de ce qui s’est ancré en toi.
Cette sensation, cette impression qui a marqué ton esprit et ton histoire, est d’autant plus forte si elle fut vécue physiquement.

Pourquoi nos protocoles intègrent ils souvent l’espace, le déplacement, le mouvement. Parce qu’ainsi ton corps peut prendre sa place, intervenir et te rendre son histoire sensitive.
Et alors le retour est souvent plus fort, plus marquant.
Alors, n’hésite pas à t’en servir, Toi le Pnliste, Toi, le thérapeute, toi l’accompagnateur. Accompagne le corps, fais le vibrer, mets le sur le parcours de son histoire spacio-temporelle. Le corps est intelligent et peut le devenir d’avantage comme Toi si tu t’en donnes les moyens, si tu t’instruis, si tu t’enrichis. Enrichis ton corps et celui de tes patients. Guide les vers leur corps. Fais leur découvrir la richesse que le corps nous propose s’il est lui-même sur ce chemin de vibration et de résonance qui en fait une belle maison bleue faite de richesses et qui accompagne la vie.

Tu as tout simplement la responsabilité de ce corps qui t’est confié. Que ce soit le tien ou encore celui de ton accompagné. J’en reviens à cette notion de responsabilité. Pour moi il ne saurait y avoir ce laisser-aller qui consiste à dire « je fais ce que je peux et le patient fera le reste ». Bien sûr que c’est le cas. Bien entendu je fais ce que je peux. Et lui fera le reste. Mais à condition de faire au mieux et en commençant par ce que je fais pour moi-même et entre autre pour mon corps, ma voix, les moyens qui me sont donnés. Car je sais que plus je serai expressif et juste dans ma relation à moi-même et aux autres, plus je serai efficace.
J’ai pris la responsabilité d’accompagner l’autre. Je ressens donc l’importance, le sens et la force de mon exigence et de ma responsabilité.
Je communique cela à mon coaché.
Je lui fais part de ces notions vis-à-vis de lui-même.
Je le mets en face de sa propre responsabilité, du don qu’il fait à son corps, à sa voix, à ces « être » qui accompagnent sa vie, qui vibrent et qui résonnent en lui et lui rendent l’écho de son individu plus ou moins riche de son expérience sensorielle qui lui donne ses ancres et ses possibilités d’action.


photo chris-pages

Corps-estampe
( ©2015 Christian Pagès )

Quand je dis « ces êtres », je parle de son corps, de sa voix, de son regard, de ces parts de lui-même qui sont libres et indépendants, qui lui font savoir ce qu’il est aussi, qui lui renvoient son état et son histoire. Car ton corps peut se libérer de toi, comme ta voix est un oiseau qui s’envole si tu ne la laisses pas en cage. Et cela, tu en es totalement responsable ou même, allez, j’y vais, « fautif ».

Bien entendu ton corps est libre, comme l’est ta voix. Comme tu es libre toi aussi. Mais cette liberté se gagne. Elle n’est pas acquise. Elle dépend de l’action que tu mènes, de l’entraînement que tu te permets. N’accuse donc pas ton corps, ne le méprise pas. Qu’il soit à l’image de ce que tu souhaites ou le contraire, n’est pas considéré dans le présent propos.
Il est ce qu’il est. Et tu en es totalement responsable. Alors, et seulement au moment où tu sens cela, tu es libre, et lui aussi. Tu sais cela en fait, toi le Pnliste, toi le thérapeute ou l’enseignant qui guide ou accompagne et dit sans cesse à l’autre qu’il est libre, qu'il peut décider d'agir ou non. Et bien il en est de même avec le corps, avec tes modes d’expression et de communication, que tu utilises chaque jour et qui font la richesse de ce monde de communication et d’échanges constants.
Et ne me dis pas que tu ne peux pas y arriver. Tu peux si tu le veux, si tu le décides, si tu t’y mets, si tu prends le chemin qui te conduit vers la découverte et l’exploration, et si tu développes petit à petit les bénéfices qui te sont dus par ton exigence, ton insistance et ta générosité.
Offre à ton corps ton écoute, ton temps et ton esprit de coopération. Et sois responsable de ce qui arrive alors. Et tu verras la transformation dont nous parle Gandhi, la tienne et celle du monde qui t’entoure.
Si tu rencontres celui qui vit dans un fauteuil roulant et qui te dit qu’il n’a pas de jambes, sois capable de le contredire, de lui dire que toi tu les vois, ses jambes et qu’il se trompe, et que s’il les renie, elles ne se mettront pas à faire leur travail.
Si tu peux faire cela, ton métier peut te mener à t’entendre dire : « Lève-toi et marche ! ». Si tu recules devant cela, commence donc par agir sur toi-même.
Sois donc d’abord capable de dire à ton corps « vas-y, donne moi le meilleur de toi-même ». Et alors commence l’analyse, la traduction et l’éclaircissement, parce que, bien sûr, ton corps révèle ton être, par son silence, par le mouvement et par le rythme qu’il utilise.
Décrypte le et tu te reconnaîtras dans tes espaces les plus intimes.
Décrypte le et tu pouras découvrir l’intimité cachée ou dévoilée du coaché qui se fiera à tes sens et à ton ressenti qui guident ton analyse subtile.

 

 

Christian PAGÈS
residencedart.blogspot.fr/
email : coachaccompagnateur@gmail.com
Téléphone : 01 48 89 88 03
Portable : 06 08 98 92 84

 

 

Si vous avez aimé cette page, cliquez sur ce lien : j'aime, sinon : je n'aime pas.
Pour argumenter votre choix : Formulaire de messagerie

Pour nous faire part de vos ressentis et discuter au sujet des contenus de ce site : Le Forum




fleche haut





Vous êtes ici : bien-être » articles santé et bien-être » Ton corps et Toi


Page précédente | Page suivante 
version imprimable de cette page 



                 facebook-Les-Mains-du-Bonheur